vendredi 18 mars 2011

Le pain béni

J'ai habité la magnifique ville de Québec entre 1998 et 2003 et j'y retourne souvent pour voir les copains et les copines.  Mais je n'avais jamais mis les pieds au restaurant Pain Béni.  Une grave erreur que j'ai corrigée la semaine dernière.  Ce petit trésor ce situe dans l'hôtel Place d'Armes, le chef Simon Côté-Tremblay et le sous-chef Etienne Demers cuisine avec des produits du terroir.  


Je dois dire que j'ai été complètement renversée par les saveurs qu'il y avait dans chacun de mes plats.  Je manque de synonymes pour décrire à quel point tout était succulent.  De plus, j'ai découvert une nouvelle partie du boeuf: La Macreuse... Une RÉVÉLATION!  Cuite sous-vide durant 10 heures pour être ensuite poêlée (à moins que ce ne soit braisée?!?)  Bref, on m'a dit que ça pouvait se défaire à la cuillère lorsque j'ai posé des questions durant la commande.  Je peux vous dire que notre excellent serveur disait vrai, cette viande était fondante à souhait.  Et que dire de la sauce, délectable, à la bière noire et sirop d'érable.. Il ne me reste plus qu'à aller chez le boucher demander de la macreuse.  Sans blague, je salive encore.  Parlant de saliver, je commence par le milieu du repas tellement je suis sur-excitée, alors rectifions et commençons par le commencement!


Nous avions une mise en bouche qui a subito disparue de l'assiette,carpaccio de Saumon et  pétoncles  avec une purée de carottes aux sésames grillés.  Je crois qu'on aurait pu remettre l'assiette directement avec la vaisselle propre tellement j'ai réussis à ne rien laisser.  Si on compte les Ahhh, les ohhh, les Mmmm que j'ai poussé durant le repas, on pourrait croire que je n'ai aucun vocabulaire!


Ensuite en entrée, j'ai pris simplement la salade verte sachant que j'avais commandé un gros morceau de bidoche pour le repas principal et que je reluquais les desserts depuis mon arrivée... mais croyez-le ou non, j'ai eu un belle surprise avec cette salade principalement composée de betteraves jaune et de parmesan.  La betteraves n'étant pas trop vinaigrée, son accord avec la parmesan était une agréable découverte.  Je n'aurais pas pensé y trouver là un équilibre de saveur plus qu'agréable.  Je me suis fait une note à moi-même d'étudier le sujet plus en profondeur dans mes futures recettes.


En dessert, même si j'avais déjà une bedaine prononcée, j'ai pris la crème brûlée fudge au chocolat et érable. Oh là là là là...  Dans un ramequin peu profond mais très très large, ce dessert peu faire peur.  Mais en fait, tout mangeur de crème brûlée qui  se respecte vous diras que ce qui est le mieux dans la crème c'est la croûte...  et quand on la fait dans sa largeur plutôt que dans la hauteur, on a plus de croûte!  Un vrai petit péché gourmand!


Je vais y retourné souvent, souvent souvent...C'est ma nouvelle place fétiche à Québec!