lundi 6 août 2012

St-Pétersbourg, Russie

Je ne savais pas trop quoi penser de la Russie. Les seules photos que j'avais vu étaient celles de cathédrales et de palais. Mais je me doutais bien que les temps ont bien changés depuis les Tsars et je me demandais comment s'intégreraient ces monuments historiques avec les autres époques de construction. Je fut bien servie, le choc était majeur! Que c'est triste la Russie! Trop cher à entretenir on devine un époque glorieuse mais le mot est "jadis"! Maintenant c'est plutôt défraîchi... Et l'architecture époque Staline est crève-cœur de laideur...




Heureusement, certains endroits sont préservés de peine et de misère... Comme le Peterhof Palace et ses jardins. Nous avons visité les jardins et c'est une merveille d'ingéniosité surtout quand on pense que les fontaines fonctionnent sans aucune pompe. Uniquement alimentées par des sources naturelles ou aqueduc, ensuite la gravité fait son œuvre. C'était du jamais vu à l'époque et je dirais que ça impressionne encore aujourd'hui.








Le grand jet au centre atteint 20 mètres...
Pierre le Grand voulait que ses jardins soient miniatures pour montrer le grand pouvoir des humains, mais entretenir ce genre de jardins est trop difficiles, il y a donc quelques arbres qui ont atteint maturité au cours des années. Certaines parties sont encore taillées par contre.




Il y a plusieurs pavillons sur cette grande propriété mais nous étions un peu serré dans le temps pour aller prendre l'hydrofoil, un bateau qui nous ramenait à l'autobus pour aller voir un ballet russe, le Lac des Cygnes. Une journée bien chargée, forte en émotions puisque notre guide nous a abandonné avant l'hydrofoil, il a donc fallu retrouver notre route et en Russie, on parle le Russe. Et le signe officiel de communication est un visage de marbre en haussant les épaules. Mais comme au retour du balai, le transporteur à également laissé une personne derrière, je crois que ça ne les stress pas trop de ne pas ramener tous leurs clients... Ça m'a beaucoup contrarié et j'avais un peu peur pour le lendemain ou l'on visitait le palais de Catherine La Grande... Une courte nuit de sommeil s'annonce puisque le ballet termine tard et la visite du lendemain commence tôt!
Au dodo!
Ahhhh... Le Russe!